Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 octobre 2017 4 19 /10 /octobre /2017 16:14

Je vais tenter, dans cet article, de faire le point sur les différentes techniques et produits de moulage que j'ai pu tester depuis que je pratique le hobby.

Depuis la récupération de l'empreinte d'un joli crâne sur un bouclier jusqu'au moulage d'un bonhomme complet, la complexité n'est pas la même et les produits les plus adaptés non plus. Selon la complexité de la pièce à mouler, on s'orientera  donc sur des produits simples d'emploi ou des plus complexes à utiliser mais aussi plus précis.

Pour ne pas complexifier encore plus un sujet qui l'est bien assez déjà, j'ai repoussé en fin d'article certaines définitions. Vous trouverez donc, dans le glossaire en fin d'article, les définitions de tous les termes suivis d'un astérisque dans le texte.

Types de moules

On distingue 2 types de moules :

  • Les moules simples servent à mouler des bas-reliefs ou des textures ou tout objet dont le moulage final présentera au moins une face plate.

  • Les moules en 2 parties servent à mouler des pièces complexes avec ou sans contre-dépouilles(*).

Produits

En termes de moulage, il faut distinguer les produits qui servent à faire le moule de ceux qui servent à réaliser la pièce finale.

Produits pour le moule

De ce que je connais, mais je pense avoir à peu près fait le tour des moyens facilement accessible au hobbyiste ou à toute personne pratiquant le moulage en amateur, il existe 2 types de produits servant à réaliser les moules :

  • Les silicones servent à créer des moules définitifs avec une bonne voire une excellente qualité d'empreinte.

  • Les pâtes thermosensibles sont réutilisables quasiment à l'infini mais ont une qualité d’empreinte moins bonne.

  • On peut rajouter à cela les produits qui ne sont pas initialement prévus pour faire des moules mais que l'on peut adapter à cet usage.

Silicones

Les silicones se présentent toujours sous la forme de 2 composants que l'on mélange avant la prise d'empreinte ce qui provoque le durcissement du moule autour du master. Une fois le silicone catalysé, il gardera définitivement cette forme.

Ce type de produit est donc à réserver à des productions "de masse" (au moins des dizaines de tirages).

Les pâtes 50/50.

Elles se présentent en général sous la forme de 2 boites de pâte, l'une blanche et l'autre bleue. Quand on mélange une part égale des 2 pâtes, on obtient une gelée compacte qui, selon la température, durcit entre 1mn et 10mn.

Les moules obtenus sont en général assez rigides et ne tolèrent pas énormément de contres-dépouilles (*). La consistance pâteuse du mélange impose une prise d'empreinte en force.

Idéal pour : Les prises d'empreinte "à plat" : une boulette de mélange appliquée en force sur un bas relief ou une pièce relativement plate.

Peut aussi servir à faire des moulages en 2 parties de pièces sans contre-dépouille importante. L'avantage de ce type de pâte pour cette utilisation est qu'une boulette nouvellement mélangée n'adhère pas sur un moule déjà catalysé. On peut donc sans problème presser la deuxième partie du moule contre la première sans risque d’adhérence.

Avantages : Facile à doser (50/50 avec une assez grande tolérance). Prise rapide

Inconvénients : la consistance de ce silicone avant la prise impose de le pousser en force contre la pièce à mouler. Si celle-ci est quasi-plane, cela ne pose pas de problème. Si, par contre, les reliefs sont très prononcés, il est parfois difficile de pousser la pâte assez "au fond" pour avoir une bonne empreinte.

Marques connues : Silligum, blu-stuff

Exemple de moule 2 parties en siligum

 

Le silicone RTV.

C'est le produit de prise d'empreinte le plus précis mais aussi le plus difficile à utiliser. D'abord, vous devez réussir à doser correctement un mélange à 4%.

Dans le hobby, il est rare de faire des moules dépassant les 30ml. Autrement dit, il faut mesurer des volumes de catalyseur de l'ordre du ml. Sauf si vous possédez une balance d’orfèvre, la meilleure solution reste le stock de seringues du pharmacien du coin.

Idéal pour : les moulages en 2 parties avec une grande qualité d'empreinte.

Peut aussi servir Les prises d'empreinte "à plat" : réaliser un coffrage autour de la pièce à mouler (merci Légo) et verser la RTV dessus. .

Avantages : Excellente qualité de prise d'empreinte. Très souple : accepte des contre-dépouilles (*) importantes et facilite le démoulage.

Inconvénients : dosage précis difficile en petites quantités. Les différentes coulées fusionnent entre elles ce qui impose l'emploi d'huile (pas de silicone) ou de talc entre deux parties d'un moule. Produits chimiques potentiellement dangereux, utiliser toutes les protections adéquates (gants, lunettes, masque…).

Un moule en silicone RTV avec un tirage résine.

Pâtes thermosensibles

Vendues en tant que produit de moulage (Instant Mold) ou comme pâte à modeler thermosensible (Oyumaru), ces produits sont quasiment identiques. Ils se présentent sous la forme de bâtonnets ayant la consistance des gommes translucides en vogue dans les années 80. Une fois trempés dans l'eau bouillante, ils ramollissent jusqu’à prendre la consistance d'une gelée souple et durcissent à nouveau en refroidissant.

Idéal pour : Les prises d'empreinte "à plat" ponctuelles.

Avantages : Ré-utilisable quasiment à l'infini.

Inconvénients : Qualité d'empreinte moyenne. Difficile à mettre en œuvre à cause de la température (attention aux brûlures quand la pâte sort de l'eau bouillante).

Marques connues : Instant Mold ou Oyumaru

Moule en Oyumaru avec un tirage résine

Autre produits pouvant servir à faire des moules.

Pour certains petits moules et si vous ne désirez pas investir dans des produits autres que ceux faisant partie de la boite à outils du modéliste pratiquant la sculpture, vous pouvez aussi utiliser les produits suivants pour vos moules :

  • Green stuff  : elle peut être utilisée comme une pâte silicone 50/50 ou comme une pâte thermosensible pour réaliser des moules par pressage. Dans ce cas, ne pas hésiter à mettre plus de jaune que de bleu pour obtenir un mélange plus souple. Penser à lubrifier le master pour éviter l’adhérence de la green stuff sur la pièce à mouler.

  • Milliput : On peut aussi réaliser des moules avec ce type de produits mais ceux-ci doivent être réservés à de très petits moules par pressage. En effet, le moule final devenant très rigide, il est impossible de l’utiliser pour couler de la résine dedans sous peine de ne plus pouvoir démouler sans casser le moule. C’est pourquoi, seules les pièces finales réalisées par technique de pressage sont envisageables avec ce type de moules.

 : La Green-stuff est une pâte bi-composants (un vert et un bleu ce qui lui donne la couleur à l’origine de son nom). Elle reste relativement souple en séchant. Il existe sans doute des équivalents sur le marché.

 : Le Milliput est une pâte bi-composants. Elle devient très dure en séchant et peut, à ce titre, être poncée percée… Il existe des équivalents sur le marché comme la pâte Super Sculptey.

Petits moules en Green-stuff (à gauche) et en Milliput (à droite) réalisés par pressage.

 

Produits pour les moulages

Pour ce qui est des produits utilisés dans le moule pour obtenir la reproduction, il existe en existe 2 principaux et un à utiliser avec parcimonie.

Résine liquide

C’est le produit le plus couramment utilisé dans les moules. Il se présente en général sous la forme de 2 liquides qui, peu de temps après avoir été mélangés dans les proportions adéquates, durcissent jusqu’à se transformer en un plastique rigide. Il existe plusieurs types de résines : époxy, polyester et polyuréthane sont les principales. En modélisme, on utilisera principalement la résine polyuréthane car c’est la plus simple à mettre en œuvre (mélange 50/50). Elle peut se tinter dans la masse et est relativement neutre (l’époxy, par opposition est reconnue cancérigène). Elle peut même être « chargée » de poudre minérales ou métalliques pour en modifier l’aspect final.

Idéal pour : Les moulages précis de pièces complexes. C'est le seul produit à pouvoir être utilisés dans les moules en deux parties.

Avantages : moulage précis, fini lisse, bonne rigidité après polymérisation.

Inconvénients : Produits chimiques potentiellement dangereux, utiliser toutes les protections adéquates (gants, lunettes, masque…).

Pâtes bi-composants

Si vous avez réalisé un moule par pressage, la même technique peut être utilisée pour réaliser la pièce finale en se servant de ce moule. Il suffit de presser une boulette de pâte sur le moule (préalablement lubrifié de préférence pour éviter que le moulage n’adhère au moule). Une fois la pâte durcie, il suffit de la décoller du moule pour l’utiliser.

Idéal pour : Les moulages rapides de pièces simples.

Avantages : Rapide, nécessitant peu de moyens.

Inconvénients : Précision moyenne.

Deux exemples de moules en pâte silicone avec des moulages  en Milliput.

Grappe fondue

Comme pour les pâtes bi-composants, on peut utiliser par pressage de la grappe fondue. Pour cela, il faut mettre le feu à un morceau de grappe et, une fois que la chaleur l’a assez ramolli, le presser contre le moule. Cette option est cependant à réserver aux moules en Milliput, seuls aptes à supporter la chaleur de la grappe en fusion.

Idéal pour : Les moulages très rapides de toutes petites pièces simples (crânes, petits marquages, ...).

Avantages : Très rapide (la grappe fondue redurcit très vite en se refroidissant contre le moule), recyclage des vieilles grappes.

Inconvénients : DANGEREUX : risque de brûlures ou d’incendie, fumées nocives dégagées lors de la combustion du polystyrène. Gros travail après moulage pour décrocher le moulage du reste de la grappe.

Techniques

Techniques pour le moule

Moule en 2 parties

Cette technique (à réserver aux pièces les plus complexes car plus difficile et plus longue à mettre en œuvre) vous est expliquée plus en détail dans cet autre article.

Moule par pressage

Cette technique consiste à presser une boulette de pâte contre le relief à reproduire.

Avantages : Rapide, nécessitant peu de moyens, permet d’utiliser les restes de Green-stuff ou de Milliput.

Inconvénients : Précision moyenne qui diminue quand augmente la taille du moule. En effet, il est difficile de presser uniformément quand la surface de contact augmente.

Techniques pour le moulage

Coulée

Il s’agit de faire couler de la résine dans un moule (simple ou en 2 parties). Pour ce qui est des moules en 2 parties, voir dans cet autre article. Pour ce qui est dans la coulée dans un moule simple, il faut impérativement que le moule soit réalisé dans un matériaux souple sinon le démoulage sera quasiment impossible sans casser le moule ou le moulage. Poser le moule sur une surface bien horizontale et attendre que la résine polymérise. Si vous avez une surface horizontale vibrante, c’est encore mieux car cela aide à faire remonter les bulles.

Pressage

Réservé à de petits moulages. On perd encore en précision si le moule est souple (silicone ou green-stuff) car le moule se déforme sous la pression. Les avantages et inconvénients sont les mêmes que pour les moules réalisés de la même manière.

Récapitulatif

Voici, pour récapituler, 2 tableaux qui résument la compatibilité des différents matériaux et techniques.

Les differents produits de moulage
Les differents produits de moulage

Glossaire

contre-dépouille : Partie en creux dans le moule qui empêcherait le démoulage si celui-ci n'était pas souple.

Conclusion

J'ai  essayé d'être le plus clair et le plus précis possible dans ce récapitulatif mais je ne suis qu'un humain faillible et il est possible que des coquilles ou des imprécisions se soient glissées dans cet article. N'hésitez pas à me le faire savoir dans les commentaires.

Repost 0
Published by targol
commenter cet article
13 octobre 2017 5 13 /10 /octobre /2017 21:13

Depuis le dernier billet, l'imprimante a tourné et a amené quelques changements dans le design des pièces.

Voici quelques impressions Les premières, donc pas forcement formidables mais qui m'ont permis de valider les formes et d'affiner les réglages de la machine.

Le domptage d'une impimante 3D

Suite aux premières impressions, certains éléments du modèle ont été

  • soit simplifiés comme les rainures de la bande de roulement dont la disposition a été simplifiée (mais cet aspect est plus visible sur les autres plaques). Les rainures ont aussi été rendues plus "crédibles" par des trous traversants réguliers pour évacuer l'eau plus efficacement;
  • soit améliorés comme le système de fixation des accessoires sur les bordures qui a vu ses 4 petits trous (on atteint vite les limites de l'imprimante en précision horizontale) remplacés par 3 trous rectangulaires qui vont simplifier la conception et l'impression des accessoires et structures de pont.
  • soit supprimés comme les boulons et/ou rivets qui génèrent beaucoup plus de filaments que de plus-value à l'objet final.

Bref, les images.

Le domptage d'une impimante 3D

Le design du point d'accès a été revu. D'une pente à l'origine, on est passé à un escalier très léger (0.2mm par marche) afin de pouvoir choisir, lors de l'impression, où les décrochages de couche se feront.

Le domptage d'une impimante 3D
Le domptage d'une impimante 3DLe domptage d'une impimante 3D

En haut, le croisement en croix avec ses agrafes. Dessous , le tournant et le module "impasse" pour croisement en "T".

 

Bon, c'est bien beau les petites images, là ! Mais où sont les objets imprimés ?

Les voilà :

 

Le domptage d'une impimante 3D
Le domptage d'une impimante 3DLe domptage d'une impimante 3DLe domptage d'une impimante 3D

Le réglage des aplats n'ai pas évident mais je m'approche à force de quelque chose d'exploitable. Nous ne sommes pas dans les gammes d'imprimantes où on peut se permettre d'être trop exigeant.

 

Sinon, le design du pont aussi a été allégé et simplifié.

Le domptage d'une impimante 3D
Le domptage d'une impimante 3DLe domptage d'une impimante 3D

C'est notamment au niveau des jonctions entre éléments perpendiculaires que les changements ont été les plus profonds. Et pas seulement au niveau visuel.

Dans l'ancien système de jonction, un seul des éléments s'enfonçait dans l'autre. Dans le nouveau, les 2 s'enfoncent mutuellement. Cela à 2 avantages principaux.

  • Je gagne de la place en hauteur : les plaques qui, auparavant étaient 6mm au dessus de la "colonne vertébrale" sont maintenant plaquées dessus ce qui ajoute un support supplémentaire au milieu de la plaque;
  • l’emboîtement réciproque "fixe" plus efficacement l'angle à 90° entre les 2 éléments.

 

Et voici les impressions. Sur ce genre de structures en treillis, les résidus filamenteux sont un vrai problème. Je tenterais sans doute de pallier à ça en baissant la température de l'extrudeur pour avoir un dépôt un peu moins liquide.

Le domptage d'une impimante 3D
Le domptage d'une impimante 3DLe domptage d'une impimante 3DLe domptage d'une impimante 3D
Le domptage d'une impimante 3DLe domptage d'une impimante 3D

Bon à savoir aussi : c'est pas parce que sur le modèle numérique, ça rentre que ça va être vrai entre les 2 éléments imprimés. Il y a des stries de couches, des dépôts involontaires ou tout simplement des imprécisions qui font qu'une marge de 0.2mm (voire plus) entre 2 éléments qui doivent s'emboîter évite de longues minutes de travail post-impression.

J'ai passé plus d'une heure à retravailler les jonctions pour réussir à emboîter les éléments entre eux.

Repost 0
Published by targol
commenter cet article
6 octobre 2017 5 06 /10 /octobre /2017 12:48

Ce projet tournait en tâche de fond chez moi (comme beaucoup d’autres) depuis longtemps. Il a été revigoré par le coup de poker de l’achat d’une imprimante 3D à pas cher.

 

J’ai donc utilisé un logiciel (OpenScad) pour créer des modèles imprimables de mes maquettes physiques (vous trouverez des articles dessus en parcourant la catégorie "Décors" de ce blog).

Comme pour les prototypes physiques, j’ai fait des plaques qui « s’agrafent » entre elles, comme posées par une équipe du génie. La modularité de la table de jeu directement en raccord avec le fluff !

J’ai donc modélisé des plaques.

Un tronçon droit de base (10cm x 3,2cm ce qui fait qu’avec les 1mm de prévus entre chaque plaque, on à 3 plaques pour faire à peu près 10cm en longueur de route) :

 

Le retour de la route modulaire... par impression 3D

Vous noterez que le système alambiqué d’agrafage par les bordures de la version physique a été remplacé par des trous rectangles sur la bande de roulement qui reçoivent des agrafes en U pour les fixer à la plaque suivante :

Le retour de la route modulaire... par impression 3D

Cette image ci est une preview de beaucoup moins bonne qualité que l’image précédente qui est une image de ce qui va être imprimé. Ceci explique les « glitches » au niveau de l’intersection des objets.

La plupart des images qui vont suivre, d’ailleurs, seront issus de ces previews de basse qualité, les autres étant trop longues à calculer.
Ce type de vue a néanmoins un avantage, on peut choisir les couleurs. Du coup, sur ce type d’image,

  • si c’est en gris (avec des trous roses – pas choisi cette couleur là:) ) , c’est de l’élément imprimé immuable de la plaque ;

  • si c’est en marron, il s’agit d’accessoires imprimés à part et qui peuvent être utilisé sur d’autres formes de plaques.

  • Enfin, comme vous avez l’œil, vous avez noté les boulons beiges. Eh bien, tout ce qui est beige, c’est ce qui est personnalisable sur la plaque à peu de frais :

    • On peut créer du relief ou des gravures sur la bande de roulement. Ici des rainures (visibles uniquement sur la première image) ont été creusées. Mais on aurait pu poser n’importe quel symbole en relief.

    • On peut aussi créer des reliefs uniquement (pas de gravure) sur les bordures et le centre comme les lignes de boulons ajoutées ici.

    • Dans les 2 cas, ces personnalisations peuvent passer par des textes en relief (ou en creux sur les bandes de roulement).

 

Si le système d’agrafage a été largement revu, le système des trous latéraux, par contre, a été conservé quasi sans modification par rapport aux prototypes physiques pour des besoins pratiques.

En effet, grâce à ces trous et à leur régularité, on peut :

  • Clouer la plaque dans le sol. D’un point de vue cantonnier. Du côté du hobbyiste, il faut avoir envie de faire des trous dans sa table ce qui rendrait l’installation, prévue pour être provisoire, définitive.

  • Fixer la plaque sur des structures aériennes... mais on y reviendra.

  • Ou y fixer des accessoires…

Ces accessoires peuvent être par exemple des barrières hautes ou des buttées (à gauche) ou des barrières pleine hauteur (à droite).

 

Le retour de la route modulaire... par impression 3D

Les uns comme les autres pouvant être utilisés séparément. Ces accessoires sont des exemples basiques pour illustrer le concept, ils ne sont que peu travaillés pour le moment.

 

Aller tout droit, c’est bien, mais à des moments, il faut tourner.

 

Le retour de la route modulaire... par impression 3D

Voire tourner à 90°.

 

Le retour de la route modulaire... par impression 3D

Et comme sur la version physique, les croisements ont été prévus. D’abord les croisements en croix, quasi identiques à leurs versions physiques, sont composés de 4 unités de la même plaque.

 

Le retour de la route modulaire... par impression 3D

Le centre en beige vous indique qu’il est entièrement paramétrable (en relief uniquement) les rainures aussi peuvent être modifiées ou supprimées .

Pour les croisements en « T », le système a été simplifié par rapport à la version physique, peu convaincante. Plus simplement, c’est juste une plaque de croisement en croix modifiée en remplaçant son système d’agrafage avec les plaques standard par une bordure percée de nombreux trous d’accessoires. Ce qui permet de bloquer l’une des branches de la croix avec de la barrière et/ou de la buttée.

 

Le retour de la route modulaire... par impression 3D

Et pour éviter de laisser une route s’arrêter en plein milieu de nulle part, on finit par une rampe.

 

Le retour de la route modulaire... par impression 3D

Là encore, le beige des bordures de la rampe vous indique qu’elles sont entièrement paramétrables.

J’ai aussi envisagé des terminaisons de réseau différentes que je n’ai pas encore réalisé :

  • Faire une impasse en remplaçant l’un des cotés d’agrafage d’une plaque droite par une bordure pleine de trous pour accessoires (sur le modèle de la plaque pour croisements en « T »).

  • Faire un module qui s’arrête net modulo des pattes de scellement pour permettre d’intégrer un départ de réseau à n’importe quel décor.

 

Du coup, avec quelques plaques, on peut se faire un réseau sympa.

 

Le retour de la route modulaire... par impression 3D

J’ai pas pu en représenter plus, mon ordi rame déjà à mort pour recalculer tous ces objets, même en preview mais ça laisse déjà une vision des possibilités.

 

Sinon, plus haut, j’ai écrit que les trous en bordure pouvaient permettre de « Fixer la plaque sur des structures aériennes »…

Ça aussi ça me trottait dans la tête depuis un moment : concevoir une structure (toujours dans la logique génie ; donc temporaire et démontable) pour pouvoir intégrer des ponts au réseau.

Comme je suis un peu taré, j’ai modélisé aussi ça.

On commence donc par une structure porteuse.

 

Le retour de la route modulaire... par impression 3D

Elle est composée de 2 structures identiques en miroir à chaque bout et de <0 à n> structure(s) centrales.

Les structures centrales font 10cm de long celles des bouts sont un peu plus courtes. Bien entendu, si on agrandit trop le pont, il faudra mettre des pieds à un moment. Comme exemple, j’ai pris un pont avec une seule structure centrale ce qui nous fait un joli pont de 30cm de long sans besoin de pied. Vous noterez les 3 gros renforts sur chaque structure. C’est là que vont venir s’emboîter les éléments supplémentaires du pont.

Parce qu’une fois assemblée la colonne vertébrale du pont, on lui rajoute des côtes qui ressemblent à ça :

 

Le retour de la route modulaire... par impression 3D

Là aussi, des renforts et des fentes aux extrémités vont recevoir des éléments « enfants ».

Les voici en place :

 

Le retour de la route modulaire... par impression 3D

Chacun des éléments en marron foncé va venir se loger dans les 2 trous centraux d’une bordure de plaque quand les éléments centraux vont venir se loger dans les trous d’agrafage de celle-ci.

Voici ce que ça donne mis en place sur la structure porteuse :

 

Le retour de la route modulaire... par impression 3D

Il ne reste plus qu’à rajouter les plaques, agrémentées de quelques garde-corps pour obtenir un pont que je trouve assez convainquant.

 

Le retour de la route modulaire... par impression 3D

Comme les plaques, ces structures sont largement paramétrables. En gros, ce qui est figé, c’est la structure générale des éléments, leur forme étant libre.

Voici par exemple une vue d’une structure de bout de pont en version « Standard » et un WIP du même élément en version Tau :

 

Le retour de la route modulaire... par impression 3D

Même forme générale, même taille et positionnement des renforts devant accueillir les traverses mais tout est complètement « décoré » différemment.

 

Voici une preview de la plaque droite correspondant au même thème Tau :

 

Le retour de la route modulaire... par impression 3D

Il ne reste plus qu’à imprimer tout ça mais ce n’est pas gagné. La maitrise de l’imprimante 3D n’est pas évidente.

En voici la preuve avec l’impression d’une plaque de rampe d’accès à côté de sa version physique :

 

Le retour de la route modulaire... par impression 3D
Repost 0
Published by targol - dans Décors
commenter cet article
14 juillet 2014 1 14 /07 /juillet /2014 20:24

Alors que je montais mon land-raider, la question standard s'est posée : "quelles armes secondaires choisir et comment autoriser le maximum de souplesse à ce niveau ?"

La solution m'est (comme souvent) venue des aimants.

Je vous propose donc un petit tutoriel afin d'autoriser un maximum d'options au niveau des armes secondaires d'un land-raider sans avoir à recourir au moindre moulage.

 

Options rendues possibles par ce tutoriel

Grace à ce tutoriel, vous pourrez, d'une bataille à l'autre choisir les options suivantes pour votre land-raider :

  • multi-fuseur + bolter d'assaut
  • multi-fuseur + missile traqueur
  • bolter d'assaut + missile traqueur.

Bien sur, une seule de ces options pourra aussi être choisie.

 

Pièces à modifier, matériel et outillage

Pour commencer, voici les pièces que vous allez modifier :

Tutoriel aimantation des armes secondaire d'un land-raider

De gauche à droite et de haut en bas, vous voyez :

  • les 2 supports du multi-fuseur;
  • les 2 parties du bolter d'assaut;
  • les parties gauche et droite du missile traqueur (sans sa partie frontale);
  • le support d'arme automatisé (sans artilleur);
  • le trou d'homme avec support (celui duquel dépassera l'artilleur).

Sinon, au niveau du matériel annexe et des outils, vous aurez besoin :

  • de 9 aimants feromagnets de 2mm de diamètre sur 1mm de profondeur;
  • d'une perceuse avec un forêt de 2mm (et un autre plus petit pour les avant-trous);
  • d'un cutter de modélisme dont la lame ne coupe plus : c'est le fait qu'elle soit en métal ferreux qui nous intéresse, pas le fait qu'elle coupe. Comme elle risque de terminer couverte de super-glue après, autant utiliser un vieille lame;
  • de colle type "super-glue"

 

Principe

Le principe de base des modifications va être d'utiliser la force d'attraction des aimants en lieu et place des axes des supports d'armes. Pour cela, un aimant va être placé dans chaque support et un dans les trous des armes qui, initialement, étaient prévus pour recevoir l'axe du support.

Réalisation

Supports

Pour commencer, l'axe qui dépasse de chacun des supports va être coupé à la base :

Tutoriel aimantation des armes secondaire d'un land-raider

Puis, à l'exact emplacement de cet axe, on creuse un trou de part en part de diamètre 2mm :

Tutoriel aimantation des armes secondaire d'un land-raider

Comme vous pouvez le constater, la marge (notement sur le support d'arme automatisé) est très faible. C'est pourquoi, je vous conseille vivement de percer un avant-trou avec un forêt plus petit puis de l'élargir avec le forêt de 2mm.

Point n'est besoin d'un ébarbage très propre, ces zones seront cachées par les armes en place.

À l'intérieur de chacun de ces trous, fixez l'un des aimant à l'aide de la super-glue.

Attention : pour permettre la permutation des armes, les aimants doivent être fixés dans le même sens à savoir le nord à droite dans les deux cas ou le sud à droite dans les 2 cas. Sinon, les armes attirées par l'un des support seront repoussées par l'autre. Pour reperer le sens, je vous conseille de laisser vos aimants en réserve collés les uns aux autres (comme au milieu de la première photo) et de marquer l'une de leur face (toujours la même) au marqueur indélébile. Ainsi, vous devez placer la face colorée des aimants sur la droite des 2 supports (ou sur leur gauche).

Tutoriel aimantation des armes secondaire d'un land-raider

Vous voyez sur la photo du dessus les restes de feutre bleu utilisé pour marquer les "mêmes" faces des aimants.

Armes

Pour les armes, le principe va être de mettre dans chacune des "demi armes" (ou chacun des supports) un aimant positionné de façon à être attiré par l'aimant placé dans le support. Les trous destinés à recevoir l'axe, dans ces pièces, font plus ou moins 2mm de diamètre. Vérifiez avant en tentant d'y insérer un aimant et élargissez à la perceuse si nécessaire. Puis, pour être sur du sens de l'aimant à coller, aimantez-le sur le bout d'une lame de cutter de modélisme. Le cutter doit être attiré par l'aimant dans le support comme le montre la photo suivante.

Tutoriel aimantation des armes secondaire d'un land-raider

Ici, pas de problème pour le côté droit de l'arme : l'aimant, à travers la lame du cutter est attiré par celui collé dans le support.

Attention : cette vérification est très importante. Un aimant collé dans le mauvais sens dans un trou borgne devra être retiré pour être recollé dans le bon sens... Et ce n'est pas super simple à extraire une fois que la super-glue a fait son boulot !

Pour le collage en lui-même, rien de plus simple : une goute de super-glue sur l'aimant positionné sur la lame :

Tutoriel aimantation des armes secondaire d'un land-raider

On presse l'aimant dans le trou et on retire la lame du cutter en la faisant glisser, pas en la soulevant. Sinon, si la colle n'est pas encore correctement prise, l'aimant sort avec le cutter !

Bref, une fois tous les aimants collés dans les trous des "demi-armes", on obtient ça :

Tutoriel aimantation des armes secondaire d'un land-raider

En haut à gauche, les 2 supports du multi-fuseur, à droite les 2 parties du missile traqueur et, en bas à gauche, les 2 parties du bolter d'assaut.
Notez sur ce dernier que la partie la plus au centre de la photo est un peu "charcutée" : j'ai du glisser une pointe sous un aimant collé dans le mauvais sens !

À ce stade, il ne vous reste plus qu'à coller vos armes. Pour le missile traqueur, afin que les aimants ne vous gènent pas pendant le collage en attirant les 2 parties l'une contre l'autre, glissez un morceau de carton, carte plastique ou quoi que soit ce soit ayant la bonne épaisseur entre les 2 parties :

Tutoriel aimantation des armes secondaire d'un land-raider

Équilibrage du multi-fuseur

Dans un monde parfait, nous en aurions fini maintenant. Mais, malheureusement pour nous, la grosse majorité du poids du multi-fuseur est sur sa partie avant. Ce qui fait que, sans colle, celui-ci bascule sur l'avant quand il est positionné sur son support.

Pour le faire accrocher aux bras de l'artilleur, j'ai encore fait appel au magnétisme. Le 9ème aimant a ainsi été collé sur l'arrière de l'arme, en dessous, là où est normalement collé le "guidon" tenu par l'artilleur.

Tutoriel aimantation des armes secondaire d'un land-raider

Comme le sus-nommé "guidon" est trop fin pour y coller un autre aimant, j'ai utilisé le fait que les aimants s'attirent non seulement entre eux mais qu'ils attirent aussi le fer. J'ai donc enroulé autour du "guidon" du fil de fer (j'insiste là dessus : du fil de cuivre, d'aluminium ou tout autre métal non ferreux serait inefficace) issus des liens servant à fermer les sacs de congélation :

Tutoriel aimantation des armes secondaire d'un land-raider

Une fois séparé du plastique, on l'enroule autour du tube entre les deux mains de l'artilleur et Hop !

Tutoriel aimantation des armes secondaire d'un land-raider

Voici ce que donnent 2 configurations d'options différentes réalisées grace à ce système :

Tutoriel aimantation des armes secondaire d'un land-raider
Tutoriel aimantation des armes secondaire d'un land-raider

Voilà, je crois que j'ai tout dit. Si néanmoins certains points vous semblent obscurs, n'hésitez pas à me demander des précisions dans les commentaires.

J'espère que ce tutoriel servira à pleins de joueurs de W40K.

Repost 0
22 juin 2014 7 22 /06 /juin /2014 20:59

Comme le laissait supposer mon dernier article, j'avais des orks sur le feu... ou plutôt sous le pinceau.

Les voila finis. Il s'agit des 3 premiers membres de mon unité de nobz cybork à savoir le mediko et 2 nobz. Ça reste dans la lignée de mes productions : conversion lourde et peinture "table top -" (forcement quand on a une Parkinson qui ne s'exprime qu'une fois qu'un pinceau en main).

Toujours, pour rappel, sur un double thème insectes et robots, voici donc une photo de groupe pour commencer.

Le retour des bug boyz

Quelques vues du mediko avec son "fling pikouz distributeur de bandages" et sa bonne vieille scie à amputer.
 

Le retour des bug boyzLe retour des bug boyz
Le retour des bug boyzLe retour des bug boyz

Oui, il y a eu un problème de collage de la bonbonne. Je vais tenter de corriger ça avant de vernir.

 

Le premier Nob, comme l'autre d'ailleurs, a vu son bras cybork inspiré par les pinces des mantes religieuses.
 

Le retour des bug boyzLe retour des bug boyz

Le second nob est un nob métal dont le poids permet des envergures plus grandes.
 

Le retour des bug boyzLe retour des bug boyz

C'est tout pour aujourd'hui.

La suite sera sans doute SM.

J'attends d'avoir le nouveau codex orks avant de continuer mes conversions sur cette armée.

Comme je suis à 150Km du magasin rouge le plus proche, je vais le commander par internet mais j'attends de connaître le contenu de la boite de base pour savoir si je dois commander le codex v7 avec.

Sinon, pour faire teaser à - très, vu que c'est moi - long terme, j'ai dans ma boiîte à bitz et dans ma tête des libelulles, des araignées...

Repost 0
Published by targol
commenter cet article
15 juin 2014 7 15 /06 /juin /2014 19:15

Bonjour, pour ce retour après une longue période loin de mon atelier (ce qui n'étonnera pas ceux qui suivent régulièrement ce blog), je vous propose de la peinture seule.

En effet, pas de conversion pour les figurines de l'excellent jeu "Zombicide" que j'ai voulu peindre pour me remettre aux pinceaux.

Comme je suis un gros fainéant, je me suis contenté des figurines uniques de la boite à savoir l'abomination et les survivants.

 

De retour... avec du Zombicide !

Vous allez constater que le niveau est un niveau de jeu sans prétention. J'ai voulu aller "vite" (j'ai mis plus de 2h par fig).

À tout seigneur saigneur, tout honneur, commençons par l'abomination.

De retour... avec du Zombicide !

J'ai voulu changer du schéma "classique" zombie en lui faisant la peau jaunâtre. Comme si la bestiole irradiait.

 

Pour les survivants, plutôt que de coller à tout prix aux illustrations du jeu, j'ai préféré broder le schéma de couleur autour des couleurs dominantes des cartes personnage afin de pouvoir repérer plus facilement les survivants sur le plateau.

Pour Amy, ça a donc été le violet.

De retour... avec du Zombicide !

La carte de Doug étant bleue, j'ai préféré peindre sa chemise en bleu plutôt qu'en blanc.

De retour... avec du Zombicide !

Pour Josh, un sweet orange flashy a été préféré au beige de l'illustration. Un free-hand plus simple que la guillotine de l'illustration a été choisi.

De retour... avec du Zombicide !

 

Ned a été peint avant les autres. Du coup, il respecte plus l'illustration.

De retour... avec du Zombicide !

 

Phil est basé sur un schéma de couleur gris. Comme sa carte.

De retour... avec du Zombicide !

Quant-à Wanda, les couleurs de l'illustration étant assez compatibles avec la couleur de la carte, elle n'est pas très originale dans son traitement.

De retour... avec du Zombicide !

Voilà. C'est tout pour aujourd'hui mais il y a en attente des Orks et des scouts SM W40K.

PS : désolé pour la mise en page pourrie. L'interface d'administration Over-Blog a changé et je ne peux plus placer et retailler mes photos comme je le veux.

Repost 0
Published by targol
commenter cet article
6 octobre 2013 7 06 /10 /octobre /2013 14:19

NobzCybork 05Peut-être vous souvenez-vous des 2 premiers nobz cyborks réalisés ?


Et bien, voici un WIP du mediko cybork devant les accompagner.

mediko 01mediko 02

J'ai donc transformé le kikoup en scie à amputer et le fling a été converi en gross pikouz avec distributeur de bande. Je compte rajouter un réservoir sur le chassis relié à la pikouse par un tuyau.

mediko 04

 

 

 

 

mediko 03

Repost 0
Published by targol - dans Orks
commenter cet article
8 septembre 2013 7 08 /09 /septembre /2013 21:13

Deux articles le même jour ? Tiens, l'intermittent du hobby se réveille ?

Donc, comme le laisse présager le titre de cet article, mis à part le socle, j'ai fini mes bind-boyz.

Voici une petite photo de groupe :

BlindBoyz 43

L'unité est composée d'un blind nob avec pince et emblème et de 10 blind-boyz dont un avec lance rocket.

 

Voici quelques vues rapprochée, tout d'abord le nob :

BlindBoyz 44BlindBoyz 45

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ensuite, les boyz avec les masques en gs que Pi_Rm (membre de l'orkatitude) m'a gentilment envoyé :

BlindBoyz 46


Le lance-rocket et les masques en bitz tyty :
BlindBoyz 47 

Enfin, les 4 derniers boyz avec des masques ou machoires blindées en carte plastique :
BlindBoyz 48

 

 

Repost 0
Published by targol - dans Orks
commenter cet article
8 septembre 2013 7 08 /09 /septembre /2013 18:27

La suite des Dragon's Sons avec 2 nouveaux scouts pour aller rejoindre l'escouade de 5 ninjas snipers.

Un autre sniper et un LR : scouts 01

scouts 02

Repost 0
Published by targol - dans SM-troupes
commenter cet article
1 septembre 2013 7 01 /09 /septembre /2013 11:00

... Enfin, comme d'habitude, il resterait des détails à peaufiner mais je le considérerais pour l'instant fini.

Laissons parler les images.

MaitreChapitre 54 MaitreChapitre 55 MaitreChapitre 56 MaitreChapitre 57 MaitreChapitre 58

Il n'y a pour l'instant qu'un jeu de bras peint, les autres seront peints lorsque le besoin se fera sentir...

Repost 0
Published by targol - dans SM-QG
commenter cet article

Présentation

  • : Le Samuraï et la Fourmi
  • Le Samuraï et la Fourmi
  • : Ce blog à pour but de présenter mes créations en terme de figurines liées au monde Warhammer 40000.
  • Contact

Recherche

Catégories